Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités agricoles Corses > Risque de manque de main d'oeuvre : réponse de Monsieur le Préfet de Haute Corse

Risque de manque de main d'oeuvre : réponse de Monsieur le Préfet de Haute Corse

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Monsieur le Préfet a bien pris en compte les difficultés que vous pourriez rencontrer par manque de main d'oeuvre sur votre exploitation.

Voici la réponse qu'il nous a adressée :

1 - pour les salariés qui ont un contrat en cours ou qui se termine et qui sont chez un employeur qui n'a plus besoin de lui : un nouvel employeur peut le recruter : il fait un nouveau contrat, qui peut aller jusqu'au 30 juin ou,  plus tard, jusqu'au 10 juillet si c'est nécessaire pour finir le travail. La préfecture via les services de l'UT DIRECCTE de Haute-Corse prolonge l'autorisation de travail jusqu'au 30 juin (ou au plus tard, jusqu'au 10 juilllet) et l'autorisation de séjour si besoin est. Il faudra juste que le nouvel employeur remplisse le formulaire Cerfa habituellement rempli pour la demande de main d'oeuvre étrangère,   devra être remplie mais selon une procédure simplifiée,afin de faciliter les choses (on ne passe pas par le circuit habituel l'OFII ni par le Consulat, la Préfecture se chargera ensuite de les informer). Mme Leconte, votre interlocutrice à l'UD Direccte de Haute-Corse vous renseignera par mail ou tel ( 04 95 32 98 72)


2 - pour les salariés qui ont un contrat en cours ou qui se termine et qui sont chez un employeur qui a encore besoin de lui : l'employeur peut  prolonger le contrat jusqu'au 30 juin ou,  plus tard, jusqu'au 10 juillet si c'est nécessaire pour finir le travail. La préfecture via l'UD Direccte de Haute-Corse prolonge l'autorisation de travail et l'autorisation de séjour si besoin est. Mme Leconte, votre interlocutrice à l'UD Direccte de la Haute-Corse vous renseignera par mail ou tel ( 04 95 32 98 72)

3 - pour les travailleurs étrangers présents sur le territoire mais qui n'ont plus de contrat en cours, ils peuvent être recrutés dans les conditions prévues au 1 ci-dessus.

Il va de soi que la mise au travail de ces travailleurs étrangers doit impérativement s'accompagner d'une organisation qui permette le respect des mesures-barrières contre la COVID-19, pour la protection des salariés d'abord, pour la capacité des employeurs à conserver leurs salariés car un cas de contamination avérée risquerait fort de provoquer le retrait de beaucoup de travailleurs étrangers, voire de tous.